La FFE aurait elle raison???

March 9, 2019

 

 

"Aujourd'hui les gens ne cherchent plus uniquement à pratiquer la discipline.

Ils souhaitent plus, ils souhaitent autre chose, ils souhaitent avant tout passer un bon moment.

Et le niveau technique des moniteurs ne répond pas à cette attente d'animation."

 

Cela pourrait être le discours d'un centre de formation, d'un formateur BPJEPS, d'un membre de la FFE qui justifierait le niveau technique des nouveaux enseignants en baisse par rapport à "avant"...

 

ET POURTANT!!!

 

Il s'agit du discours du gérant d'une Ecole de Ski Internationale !!!

Hier soir au journal télévisé, passait un reportage sur le monopole de l'ESF en ce qui concerne l'apprentissage du ski. Une personne soulevait que l'ESF était très largement présent dans le comité de direction de la seule école de moniteur de ski de France (c'est ce que j'ai compris).

 

Interrogée, une dame justifiait cela en affirmant que le but était ainsi d'assurer le niveau technique des moniteurs de ski en France, dont la renommé dépassait les frontières...

 

Pourtant, un gérant d'une Ecole de Ski Internationale, faisait depuis plusieurs années le constat d'un monopole qui amené à une certaine forme de concurrence déloyale, mais en plus que l'argument du niveau technique ne valait plus aujourd'hui...

 

CAR LES CLIENTS NE SOUHAITENT PLUS DEVENIR D'EXCELLENTS SKIEURS, MAIS ILS SOUHAITENT PASSER UN BON MOMENT...

 

Et alors me direz vous!!

 

Si je publie cela, c'est parce que je suis usé d'entendre à tort et à travers, que les BPJEPS d'aujourd'hui sont nuls... Que la FFE en est la seule responsable... 

 

Les BPJEPS sont formés pour répondre aux attentes de la clientèle d' AUJOURD'HUI.

Et il faut arrêter de chanter la messe, aujourd'hui la clientèle est très (très) largement constituée de petites filles souhaitant une fois par semaine s'amuser sur un poney! POINT.

 

Il s'agit dès lors de former des enseignants-animateurs capable de répondre à cette clientèle là, et de la satisfaire. Il ne faut plus se mentir, plus grand monde ne veut les km de mise en selle sans étrier, se faire engueuler pour réaliser enfin une épaule en dedans digne de ce nom!

 

Les gens veulent passer un bon moment. Le côté technique passe après.

Bien sûr il reste heureusement des irréductibles gaulois, mais si peu...

Et il faut bien faire tourner la boutique lorsque l'on est chef d'entreprise.

 

Dès lors qu'en est il, nous avons une FFE qui conseille seulement le ministère en ce qui concerne le contenu de la formation BP et qui donc, oriente vers plus d'animation, puisque la clientèle demande plus d'animation!

Des centres de formations qui dispensent cette formation, en jouant très bien leur rôle premier d'entreprise...

Des élèves qui peuvent rentrer de plus en plus tôt dans leur expertise équestre en formation puisque le niveau technique est moins attendu par la clientèle que la capacité d'animation, et reçoivent donc un diplôme très orienté vers de l'animation. On ne peut pas le leur reprocher!!!

 

MAIS ALORS OU EST LE SOUCIS ?

 

Le soucis? il n'y en a pas!

Nous avons une Fédé qui accompagne les structures et les formateurs dans la mutation des attentes des clients, car les attentes des clients ont changé. 

Et des enseignants qui se retrouvent sur le terrain formé pour y répondre...

 

OUI MAIS...

 

Oui, pour moi il est ridicule de critiquer cela, car c'est ainsi, nous sommes dans une société qui ne cherche plus ce que nous cherchions nous plus jeune...

MAIS le soucis, il y en a quand même, intervient dès que tout ce petit monde clients/enseignants bascule vers la compétition/perfectionnement.

 

Après des années d'animation à poney, beaucoup arrête, mais d'autres cavaliers continuent, et pour certains, avec des envies de perfectionnement, voire de compétition. Ces clients là, veulent devenir des cavaliers, des vrais, comme nous le voulions!! (y sommes nous arrivés??)

 

Attention je ne cherche à ne froisser personne, ne mets pas tout le monde dans le même panier bien entendu, pour preuve je suis moi même diplômé du BPJEPS!!! mon monitorat militaire ayant été converti trop tard le BEES 1° n'existait plus...

 

Pour moi le hic est là:

Combien de ces enseignants, formés pour animer, qui n'ont pas d'eux même continuer à se perfectionner une fois le BP en poche tel le Saint-Graal, vont avoir la démarche de présenter leur limite technique?

 

Il ne faut pas forcément avoir fait les JO pour coacher correctement des enfants à poney en P4-P3, mais concrètement avoir fait deux trois P2/Club2, me semble un peu léger.

 

Pour en revenir à notre FFE souvent décriée, je trouve qu'elle joue son rôle de permettre aux structures de disposer de personnels capable de répondre à la demande de la majeure partie de la clientèle. 

 

Mais quand j'entends ce gérant d'école de ski, je ne peux m'empêcher de me dire que peut-être dans quoi 5, 10 ans les moniteurs de ski seront peut-être eux aussi plus animateurs...

 

Comment ensuite passer d'un animateur à un entraîneur? 

Je n'ai pas la solution.

 

 

PAR CONTRE, pour trouver des solutions aux 22 défauts les plus courants des chevaux et poneys en Dressage et CSO, découvrez mon livre: LE CHEVAL QUI...

 

ICI LA VERSION PAPIER DISPONIBLE SUR AMAZON.FR: LE CHEVAL QUI...

Ou la version digitale:
➡️ Découvrez le livre: Le cheval qui...

 Plus de 110 pages de conseils et pistes de travail pour améliorer votre cheval!!

 

 

LE DEFI TDSE

Relèverez vous le défi TDSE ? Votre cheval plus léger en 30 jours!
➡️ Découvrez ce défi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

La mise en avant...

August 30, 2017

1/1
Please reload

Posts Récents